18 juin 2007
Le JWST, digne successeur du télescope spatial Hubble
Signature de l'accord sur la participation officielle de l'ESA (18 juin 2007)

Le 18 juin 2007 a été signé au salon du Bourget à Paris l'accord qui scelle la participation de l’Agence spatiale européenne (ESA) au programme James Webb Space Telescope (JWST) de la NASA. Le JWST est le  successeur du télescope spatial Hubble (Hubble Space Telescope - HST) et sera lancé en 2013 par une fusée Ariane. Avec son miroir de plus de six mètres de diamètre, il sera alors le plus grand télescope jamais mis dans l'espace. Opérant dans l'infrarouge, il sondera l'Univers lointain pour y étudier les premières étoiles et galaxies.
Le télescope est équipé en son plan focal de trois instruments principaux dont MIRI (Mid InfRared Instrument).

 
Le JWST, digne successeur du télescope spatial Hubble

Le miroir du JWST est segmenté en 18 pétales qui seront déployés dans l'espace une fois parvenu à sa destination au point de Lagrange L2, à 1.5 millions de km de la Terre dans la direction opposée au Soleil. Un écran de la taille d'un court de tennis protège le télescope de la lumière solaire.

L'instrument MIRI, fruit d'une collaboration Europe/Etats-Unis, est constitué d'un spectrographe et d'un imageur fonctionnant dans l'infrarouge moyen (longueurs d'onde comprises entre 5 et 27 micromètres). Le CEA à travers le Service d'Astrophysique, en partenariat avec le CNES, est responsable de la partie française[1] du consortium européen qui réunit 10 pays. La caméra MIRI offre plusieurs innovations dont un coronographe, un dispositif qui permet d'étudier l'environnement proche d'une étoile en occultant l'éclat de celle-ci. Cette technique permettra d'observer les disques de poussière autour d'une étoile, embryons de systèmes planétaires ou bien même de tester la présence de planètes. Un prototype de cet imageur vient d'être livré au Rutherford Appleton Laboratory (RAL, Grande Bretagne) où ses performances vont être évaluées.

 
Le JWST, digne successeur du télescope spatial Hubble

Le prototype de validation de la partie française de MIRI en cours d'inspection avant livraison.


 

Contact :   


Pour en savoir plus

   Le site JWST/MIRI du Service d'Astrophysique du CEA/Dapnia


Notes :

[1] La contribution française implique sous l'égide du CNES, le Service d'Astrophysique du CEA/DAPNIA, le Laboratoire d’études spatiales et d’instrumentation en astrophysique (LESIA / Observatoire de Paris), l’Institut d’astrophysique spatiale (IAS / CNRS & Université de Paris-Sud) et le Laboratoire d’astrophysique de Marseille (LAM, Observatoire astronomique de Marseille-Provence/CNRS).
[2] Le programme JWST est une collaboration entre la NASA, l'ESA et la CSA, l'Agence spatiale canadienne. Initialement connue sous le nom NGST (Next Generation Space Telescope), cette mission a été baptisée en 2002 en l'honneur de James Webb, ancien administrateur de la NASA.


Rédaction: C. Gouiffès

 

Maj : 18/06/2007 (1733)

 

Retour en haut