02 juin 2009
Accord pour les neutrinos des Ardennes
Accord pour les neutrinos des Ardennes

figure 1. Situation des deux détecteurs de l’expérience Double Chooz, proche (400 m de la source) et lointain (1 km de la source) sur le site de Chooz. © CEA/DSM/IRFU-DCOM/L.Colombel.

La deuxième phase de l'expérience internationale Double Chooz a été officiellement lancée, mercredi 20 mai. La déclaration d'intention signée par les quatre partenaires (CEA, CNRS, EDF, région Champagne-Ardenne) est le premier pas essentiel vers la construction du second détecteur consacré aux recherches sur les neutrinos, auprès de la centrale nucléaire de Chooz.

Les participants avaient auparavant visité le site du premier détecteur, actuellement en construction. Il devrait détecter les premiers neutrinos issus de la centrale dès la fin de l'année et cherchera à mesurer une disparition de neutrinos issus du flux primaire.  Le second détecteur sera en opération dans deux ans. Il mesurera précisément le flux et le spectre en énergie des neutrinos émis et conduira à une importante amélioration du contrôle et de la précision des mesures.

 

 

Qu'est ce que le l'expérience Double Chooz ? Pourquoi un deuxième détecteur ?

Les neutrinos sont des particules hors du commun, en particulier parce qu'ils peuvent changer de caractéristiques au cours du temps. On peut faire l'analogie avec une chaîne de montage automobile; Lors de la création d'une voiture, la chaîne produira des voitures qui seront toujours de même marque. Pour les neutrinos, à la création, trois "saveurs" sont possibles suivant qu'ils sont associés à un électron ou à l'un des deux autres leptons, le muon ou le tau. Par contre, quand le neutrino se déplace, il peut changer de "saveur" un peu comme si le splendide cabriolet rouge que vous avez acheté devenait un gros 4x4 en fonction de la distance parcourue. La rapidité de cette transformation dépend de leur masse et de constantes physiques encore mal connues, mais essentielles pour la physique fondamentale et la cosmologie.

 

L'idée de l'expérience Double Chooz (figure 1) est donc, à partir d'une source parfaitement connue d'antineutrinos électronique, le réacteur nucléaire, d'étudier la composition du flux de neutrinos en fonction de la longueur de leur voyage. Le premier détecteur (détecteur lointain) en cours de construction est loin de la centrale à environ 1000 km. Il est nécessaire d'avoir aussi un détecteur proche, identique au premier, pour comparer précisément les flux.

 

Aujourd'hui, l'intégration du premier détecteur, le détecteur « lointain », est bien avancée. Il entrera en fonctionnement à la fin de l'année 2009 pour réaliser de premières mesures. Le second détecteur sera installé d'ici deux ans à proximité des réacteurs nucléaires afin d'être plus proche du lieu de création des neutrinos. Il mesurera précisément le flux et le spectre en énergie des neutrinos émis. La comparaison directe entre les deux détecteurs minimisera les incertitudes qui détériorent la précision de la mesure du paramètre lié à l'oscillation de neutrinos.

 

Un soutien local, national, européen et international

Les collectivités locales ainsi que l'état et EDF apportent un soutien primordial à l'expérience Double Chooz et à la construction de ce laboratoire pilotée par les  organismes de recherche. L'ensemble de ce programme s'étale sur une dizaine d'années, et s'accompagne de nombreuses retombées locales, en termes d'activités économiques, de recherche et développement, et de culture scientifique, le tout en liaison avec les universités locales (Reims et Troyes) et le rectorat de Reims.

 

 
Accord pour les neutrinos des Ardennes

Les signataires de l’accord :
Michel Spiro, Directeur de l’IN2P3 représentant le CNRS,
Bernard Bigot, Administrateur général du CEA, accompagné d’Yves Caristan,
Jean-Paul Bachy, Président de la région Champagne-Ardenne et
Olivier Lamarre, Directeur de la centrale de Chooz, représentant EDF.

Maj : 23/10/2009 (2621)

 

Retour en haut