2 sujets /DPhN/LQGP

Dernière mise à jour : 14-08-2020


 

La mesure de la production des quarks beauté dans des collisions PbPb au LHC avec le détecteur MFT

SL-DRF-20-0244

Domaine de recherche : Physique nucléaire
Laboratoire d'accueil :

Service de Physique Nucléaire (DPhN)

Laboratoire plasma de quarks et gluons (LQGP) (LQGP)

Saclay

Contact :

Andry Rakotozafindrabe

Stefano PANEBIANCO

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2020

Contact :

Andry Rakotozafindrabe
CEA - DRF/IRFU/DPhN/LQGP

0169087482

Directeur de thèse :

Stefano PANEBIANCO
CEA - DRF/IRFU/DPhN/LQGP

0169087357

Page perso : http://irfu.cea.fr/Phocea/Membres/Annuaire/index.php?uid=mwinn

Labo : http://irfu.cea.fr/dphn/Phocea/Vie_des_labos/Ast/ast_groupe.php?id_groupe=500

Voir aussi : https://home.cern/science/experiments/alice

Le plasma de quarks et de gluons est un état extrême de la matière dans lequel, grâce à des températures de quelques centaines de MeV, les constituants des nucléons se trouvent déconfinés durant un temps suffisamment long pour que leur interaction avec le plasma soit mesurable.

Les conditions thermodynamiques de formation de ce plasma peuvent être reproduites dans des collisions d’ions lourds ultrarelativistes au LHC (CERN).

Le but de la thèse est de faire la première mesure auprès de l’expérience ALICE de la production de hadrons composés de quarks bottoms jusqu’à une impulsion transverse nulle dans des collisions Pb-Pb à partir de leur décroissance en résonance J/psi. Cette mesure ajoute une contrainte très importante sur la compréhension de l’état initial des collisions d’ions lourds et sur le transport des quarks lourds dans le plasma, notamment leur propriétés d’hadronisation.

La thèse proposée se structure d’abord autour de la mise en marche d’un nouveau détecteur silicium de grande précision, appelé Muon Forward Tracker, nécessaire pour la détection vers l’avant des paires de muons issus de la décroissance des J/psi. Dans une deuxième étape, l’analyse des premières données des collisions Pb-Pb qui seront accumulées en 2021 avec ce nouveau détecteur, permettra d’étudier la séparation entre les J/psi prompts produits lors des collisions de ceux issus de la décroissance des mesons B. Cette étude, inédite au sein de l’expérience ALICE, constitue un test très important des propriétés des quarks lourds dans le plasma de quarks et gluons.
Mesure de la production de quarks b dans les collisions PbPb au LHC avec le détecteur MFT

SL-DRF-20-1171

Domaine de recherche : Physique nucléaire
Laboratoire d'accueil :

Service de Physique Nucléaire (DPhN)

Laboratoire plasma de quarks et gluons (LQGP) (LQGP)

Saclay

Contact :

Andry Rakotozafindrabe

Stefano PANEBIANCO

Date souhaitée pour le début de la thèse : 01-10-2020

Contact :

Andry Rakotozafindrabe
CEA - DRF/IRFU/DPhN/LQGP

0169087482

Directeur de thèse :

Stefano PANEBIANCO
CEA - DRF/IRFU/DPhN/LQGP

0169087357

Le plasma de quarks et de gluons est un état extrême de la matière dans lequel, grâce à des températures de quelques centaines de MeV, les constituants des nucléons se trouvent déconfinés durant un temps suffisamment long pour que leur interaction avec le plasma soit mesurable.

Les conditions thermodynamiques de formation de ce plasma peuvent être reproduites dans des collisions d’ions lourds ultrarelativistes au LHC (CERN).

Le but de la thèse est de réaliser la première mesure dans des collisions Pb-Pb auprès de l’expérience ALICE de la production de hadrons composés de quarks b jusqu'à une impulsion transverse nulle à partir de leur décroissance en résonance J/psi. Cette mesure ajoute une contrainte très importante à la compréhension de l'état initial des collisions d’ions lourds et au transport des quarks lourds dans le plasma, notamment leur propriétés d'hadronisation.

La thèse proposée se structure d’abord autour de la mise en marche d'un nouveau détecteur silicium de grande précision, appelé Muon Forward Tracker, nécessaire pour la détection vers l’avant des paires de muons issus de la décroissance des J/psi. Dans une deuxième étape, l'analyse des premières données des collisions Pb-Pb qui seront accumulées en 2022 avec ce nouveau détecteur, permettra d’étudier la séparation entre les J/psi prompts produits lors des collisions de ceux issus de la décroissance des mesons B. Cette étude, inédite au sein de l’expérience ALICE, constitue un test très important des propriétés des quarks lourds dans le plasma de quarks et gluons.

• Physique nucléaire

 

Retour en haut