Projet ANR PARTONS

PARtonic Tomography Of Nucleon Software

 

 

ANR-12-MONU-0008-01

 

Programme scientifique

Ce projet consiste en la réalisation d’un environnement logiciel consacré à l’étude de la structure des hadrons en termes de leurs constituants élémentaires, les quarks et les gluons. Cet outil est essentiel pour accomplir un programme sur le long terme à l’intersection de la physique nucléaire et de la physique des particules regroupant des centaines de physiciens dans le monde.

 

Pendant les années 1970 les physiciens ont établi avec succès une formulation de l’interaction forte, même si celle-ci demeure mystérieuse à plusieurs égards. Il s’agit de la Chromo Dynamique Quantique (QCD). Cette théorie fondamentale stipule que les particules interagissant fortement sont constituées de quarks et de gluons, collectivement dénommés partons. Quarks et gluons sont les degrés de liberté définissant QCD, mais cette théorie décrit toutes les particules interagissant fortement : hadrons et noyaux. Une question majeure est la compréhension de l’émergence des propriétés des hadrons (mass, spin, etc.) à partir de l’organisation collective des partons.

 

Pendant la seconde moitié des années 1990, des théoriciens ont défini le concept prometteur de Distribution de Partons Généralisée (GPD). Pour la première fois en 70 ans d’études de la structure du proton apparaît la possibilité d’une représentation en 3 dimensions de sa structure interne, ainsi qu’un chemin possible vers la résolution de questions anciennes comme l’origine du spin du proton. Les théoriciens ont aussi proposé plusieurs manières d’accéder aux GPD expérimentalement (elles paramètrent les observables de certains processus d’une manière parfaitement contrôlée théoriquement). Ces résultats ont établi la possibilité d’une tomographie expérimentale des hadrons.

 

Les premières preuves expérimentales convaincantes ont été obtenues au début des années 2000 et les résultats des premières expériences consacrées aux GPD ont été publiées en 2006 et 2007. Cependant la réalisation de ce programme de physique requiert des mesures très précises d’un grand nombre d’observables différentes afin de permettre une détermination expérimentale complète des GPD. Ce travail expérimental continuera au moins pendant les 10 prochaines années dans des laboratoires internationaux, notamment le « Thomas Jefferson National Laboratory” (Jefferson Lab, or JLab) et le “European Organization for Nuclear Research” (CERN). Les prochaines années seront marquées par des mesures d’une précision inégalée. La physique des GPD est aussi une composante clé du programme de physique d’un éventuel futur Collisionneur Electron Ion (EIC) à l’horizon 2025.

 

Notre projet est conçu pour répondre aux besoins de la communauté internationale de physique hadronique. Son architecture consiste en :

• Une base de données exhaustive de résultats expérimentaux;

• Une base de données exhaustive de prédictions théoriques;

• Un logiciel rapide et efficace d’extraction de GPD à partir d’observables issues de processus spécifiques;

• Une stratégie robuste de propagation des incertitudes systématiques et statistiques sur les GPD extraites, et d’évaluation des incertitudes systématiques sur les paramétrisations de GPD ;

• Un outil de visualisation pour comparer résultats expérimentaux et prédictions théoriques ;

• Une interface pour relier les éléments précédents à différentes descriptions d’installations expérimentales pour définir de nouvelles expériences;

• Un site web interactif donnant un accès libre aux modèles et aux valeurs expérimentales des GPD, destiné à la communauté mondiale de physique hadronique ainsi qu’à un public plus large (vulgarisation scientifique et ouvertures vers la recherche actuelle pour lycéens et étudiants de l’enseignement supérieur).

 

Les premières mesures de haute précision sont prévues au CERN dès 2014. A ce moment la première phase du programme de physique de Jefferson Lab sera terminée, et la seconde sur le point de démarrer. La mise en service de l’environnement logiciel décrit ici sera l’outil idéal pour accomplir le pas suivant et achever ce programme de physique. 

 
Projet ANR PARTONS

Membres du projet. Les quatre partenaires impliqués dans le projet PARTONS sont l'Irfu (SPhN et SPP), l'IPN Orsay, le CPhT (Ecole Polytechnique) et le LPT Orsay.

 

Membres du projet et partenaires

 

Irfu, SPhN

- BESSE, Adrien

- GARCON, Michel

- GUICHON, Pierre

- MEZRAG, Cédric

- MOUTARDE, Hervé

- SABATIE, Franck

 

Irfu, SPP

- MEYER, Jean-Pierre

 

 

IPN, Université d'Orsay

- BOER, Marie

- GUIDAL, Michel

- JO, Hyon-Suk

- MUNOZ CAMACHO, Carlos

- NICCOLAI, Silvia

 

 

 

CPhT, Ecole Polytechnique

- PIRE, Bernard

 

 

LPT, Université d'Orsay

- WALLON, Samuel

 

Publications

 

P. Kroll, H. Moutarde et F.Sabatié, From hard exclusive meson electroproduction to deeply virtual Compton scattering, Eur. Phys. J. C73 (2013) 2278 [arXiv:1210.6975 [hep-ph]].

 

H. Moutarde, B. Pire, F. Sabatie, L. Szymanowski et J. Wagner, On timelike and spacelike deeply virtual Compton scattering at next to leading order, Phys. Rev. D87 (2013) 054029 [arXiv:1301.3819 [hep-ph]].

 

M. Guidal, H. Moutarde et M. Vanderhaeghen, Generalized Parton Distributions in the valence region from Deeply Virtual Compton Scattering, Rep. Prog. Phys. 76 (2013) 066202 [arXiv:1303.6600 [hep-ph]].

 

B. Pire, K. Semenov-Tian-Shansky et L. Szymanowski, QCD description of charmonium plus light meson production in antiproton-nucleon annihilation, Phys. Lett. B724 (2013) 99 [arXiv:1304.6298 [hep-ph]].


C. Mezrag, H. Moutarde et F. Sabatié, Test of two new parameterizations of the Generalized Parton Distribution H, Phys. Rev. D88 (2013) 014001 [arXiv:1304.7645 [hep-ph]].

 

B. Pire, L. Szymanowski et S. Wallon, Chiral-odd pion generalized parton distributions beyond leading twist [arXiv:1309.0083 [hep-ph]].

 

 

 

Maj : 04/10/2017 (3297)

 

Retour en haut