Objectifs

Le projet STARACC se développe sur  trois axes principaux

.
- Modélisation.
Les outils numériques de simulation hydrodynamique radiative ont été progressivement adaptés. Le code HYDRO-COOL 2D a été initialement  utilisé dans le cadre de la thèse de C. Busschaert (2013). L’adaptation de l’étude à une configuration 3D est actuellement en cours à l’aide du code RAMSES (mode AMR) avec l’appui du laboratoire LMPA (SAp), faisant l’objet d’une partie de la thèse en cours de Lucile van Box Som.

- Expérimentation.
Dans l’attente de tirs laser de la classe Megajoule, les tirs laser en préparation au LULI ont pour but de tester en 2017 une nouvelle configuration utilisant un champ magnétique externe intense pour confiner le plasma en remplacement du tube plastique utilisé jusqu’ici.

-Observations
Un programme d’observation systématique des instabilités d’accrétion au sein des naines blanches magnétiques est en cours. La base de données XMM a été utilisée pour la recherche d’instabilités rapides (QPOs 1-3 s) dans l’émission X des Polars (Bonnet-Bidaud et al. 2015) et la confrontation aux simulations numériques (Busschaert et al. 2015). Une analyse détaillée des oscillations optiques de deux sources a été publiée grâce à des observations au VLT (ESO-Chili), à l’aide de l’instrumentation visiteur ULTRACAM du groupe de Durham (UK) (Bonnet-Bidaud et al. 2017, Mouchet et al. 2017),
Le programme d’observation se poursuit aujourd’hui conjointement sur les télescopes de 2m et 10m (SALT) de l’observatoire SAAO (Afrique du Sud) qui a permis la découverte d’oscillations (QPOs) dans une nouvelle source (Breytenbach et al. 2017, en préparation)

 

 

Maj : 10/09/2017 (4043)

 

Retour en haut