AGATA
Advanced GAmma Tracking Array

Le démonstrateur d'AGATA est composé de cinq triplets (3 détecteurs Ge asymétriques dans un cryostat commun). La surface de chaque diodes est électriquement segmenté en 36 segments (soit 5*3*36= 540 segments pour l'ensemble et 540+15=555 canaux de mesures).

AGATA (Advanced GAmma Tracking Array) est un spectromètre gamma de nouvelle génération après les détecteurs Euroball et EXOGAM.

Site officiel d'Agata

Objectifs:

Le projet AGATA avait pour but de construire un spectro­­mètre gamma 4Pi constitué entièrement de détecteurs Germanium. Ces détecteurs multi-segmentés sont sensibles à la position de l'interaction des rayons gamma et permettent ainsi d'obtenir une reconstitution de traces, ce qui constituait à l'origine du projet un concept nouveau en spectro­scopie. Ce spectromètre ultime, d'une efficacité et d'une sensitivité inégalées, a été conçu pour s'adapter aux conditions expérimentales extrêmes de la prochaine génération d'accélérateurs d’ions radioactifs, comme par exemple SPIRAL2 au GANIL, FAIR à GSI et EURISOL, ainsi qu'aux accélérateurs d'ions lourds de très forte intensité à basse énergie (autour de la barrière coulom­bienne).


Contexte: 

La communauté des physiciens nucléaires a préparé la construction de ce multi-détecteur, fondé sur la technique du « tracking gamma », qui représentait un grand enjeu en spectroscopie gamma. Dans sa phase finale AGATA sera composé de 180 détecteurs Germanium. Une grande collaboration européenne a contribué à la dernière phase de R&D, en mettant en œuvre un démonstrateur qui a permis de valider la technique avant de décider la fin de la construction . Plus de 40 laboratoires, dans huit pays européens avaient prévu un investissement d'environ 6 M€ pour cette phase de démonstration.

Localisation:

AGATA est un détecteur “nomade“ qui a vocation à être utilisé sur les futures installations européennes : Spiral2, Fair, Eurisol. La première phase, le démonstrateur d'AGATA, a été accueillie sur trois sites différents: LNL (2010+), GANIL (2016+), GSI (~2015+).

 

 

Un de premiers détecteurs germanium d'AGATA avec son électronique analogique monté dans un cryostat individuel sur le banc de test au SEDI.

Contributions  de l'Irfu (scientifique et technique)

L'Irfu a été fortement impliqué dans la vérification des détecteurs germanium, leur intégration en triplet, le développement de l'infrastructure (basse et haute tension, cryogénie) ainsi que le contrôle commande. Il a participé  également à l’achat du triplet français. Il a notamment pris en charge l’étude et la fabrication de modules haute tension dans un espace restreint, réalisés dans le but d'améliorer la résolution en supprimant la distance de câblage.

L'Irfu a a aussi initié avec l’IPNO une R&D sur la cryogénie en remplacement des Dewars.

Pour la phase de construction, l'Irfu était impliqué dans la réception pour validation des détecteurs et est devenu l'un des sites d'intégration des triplets.  

 

 

 

Mise en place du module Haute Tension sur un détecteur germanium d’AGATA à l’université de Cologne


 

Contacts:

Avant 2010 : Christian Veyssière, Julien Pancin

 

Maj : 07/09/2017 (790)

Voir aussi
   Proposal for the Design, Construction, Commissioning and Operation of the HISPEC/DESPEC experiment at the Low-Energy Branch of the Super-FRS facility at GSI HISPEC/DESPEC deals with a versatile, high resolution, high efficiency spectroscopy set-up to address questions in nuclear structure, reactions and astrophysics using radioactive beams with energies of 3-150 MeV/u or stopped and implanted beam species. The radioactive beams, which will be delivered by the energy buncher of the Low Energy Branch ... Lire la suite »
 
Retour en haut