MUSETT
logo_tutelle 

 

Objectif

Le Projet MUSETT a pour but la conception et la réalisation d’un nouvel ensemble de détection permettant l’étude de noyaux très exotiques. Couplé avec le spectromètre magnétique VAMOS et avec le multidétecteur gamma EXOGAM, MUSETT (Mur de Silicium pour l’Etude des Transfermium par Tagging) permettra de réaliser la spectroscopie de nouveaux noyaux exotiques lourds et superlourds (Z>100) jusqu'à présent inaccessibles. Les performances de VAMOS et d’EXOGAM sont idéales et uniques pour de telles études, mais il est indispensable de disposer d’un nouvel outil de détection permettant d’utiliser la technique d’étiquetage par décroissance (Recoil Decay Tagging). De plus, ce détecteur, complété par une chambre d’ionisation et par une chambre à dérive, permettra également l’identification en charge et en masse de produits de réaction plus légers.


Localisation

GANIL (Caen).


Collaboration

Collaboration entre le DAPNIA (4 physiciens) et le GANIL (3 physiciens). La responsabilité du projet incombe au DAPNIA.

 
Moyens d'investigation

 Instruments L’instrument est constitué d’un mur de silicium hautement segmenté auquel seront couplées une chambre à ionisation et une chambre à dérive. Le projet inclut l’électronique associée à ces détecteurs.

Spécificités Développement d’un ensemble cohérent multi usage pour la détection au plan focal de VAMOS.
Détection d’ions lents et lourds nécessitant l’utilisation de détecteurs silicium sans fenêtres et à faible seuil. Couplage sans fenêtres de l’ensemble silicium, chambre d’ionisation et chambre à dérive. Etant donné le nombre élevé de voies, l’électronique associée sera constituée d’ASIC’s pour les détecteurs Si et pour les chambres.

Perspectives:

Mise en service prévue fin 2007 pour le mur de silicium et en 2008 pour l’ensemble complet.

 

 

maj : 21-09-2012 (876)

 

Les noyaux superlourds
Etude de la formation de noyaux superlourds
Bien que l'élément le plus lourd trouvé sur terre soit l'uranium-238, avec une demi-vie de l'ordre de 5 milliards d'années (approximativement l'âge de la terre), durant ces 60 dernières années une vingtaine d'éléments plus lourds ont été synthétisés en laboratoire, avec des périodes beaucoup plus courtes. Le dernier élément dont l'existence est confirmée, est ... Lire la suite »