L'étoile invitée de l'an 393
L'explosion de la supernova G347.3+0.5

Les astronomes chinois anciens ont maintenu pendant des siècles, une observation méthodique et assidu du ciel qui leur a permis de découvrir de nombreux phénomènes célestes (explosions d'étoiles, taches solaires, orientation de la queue des comètes, ...) bien avant leurs homologues européens. Les textes de leurs observations sont conservés dans une multitude de ouvrages anciens, les chroniques chinoises, tenues à jour et transmises au fil des générations. Cette bibliothèque astronomique, sans aucun équivalent dans toute autre culture est encore un trésor pour les astronomes modernes.

La découverte du reste d'explosion d'étoiles G347.3-0.5 par le satellite ROSAT en 1996 a donné l'idée à l'astronome chinoise Wang Ren-Zhu et ses collègues de l'Université de Nanjing de faire le rapprochement avec un évènement noté par les astronomes chinois en l'an 393 de l'ère moderne.

 

Les astronomes impériaux de la dynastie des Jin du Sud à  Nanjing ont en effet laissé un texte très précis sur ce qu'ils ont observé dans le ciel un jour de l'an 393

"une étoile invitée est apparue dans la constellation Wei, pendant le deuxième mois lunaire de la dix-huitième année du règne Tai-Yuan (Févier 27 - March 28, AD393) et elle a disparue pendant le neuvième mois lunaire (octobre 22- novembre 19, AD393)"

 

Supernova 393 G343

La carte de la constellation chinoise "Wei" (queue) correspondant à la partie inférieure de la constellation grecque du Scorpion ou les astronomes chinois ont situé l'explosion de l'an 393.

La position exacte des restes de l'explosion retrouvée par le satellite ROSAT de rayons X en 1996. La coïncidence des positions et l'âge supposée du reste sont très concluants.

 

Le terme très poétique d' "étoile invitée" (ke-xing) est employé par les astronomes de cette époque pour décrire le phénomène et la datation est extrêmement précise tout comme l'emplacement. La constellation chinoise "Wei" correspond à la partie basse de la constellation européenne du Scorpion. La coïncidence avec la position du reste d'une supernova redécouvert en 1996 par le satellite ROSAT est déjà très spectaculaire. Mais il a pu être aussi montré que ce reste d'explosion avait aussi un âge estimé à moins de 2000 ans totalement en accord avec l'observation historique de +393. Enfin, sa distance relativement proche permet d'affirmer que l'explosion à son maximum a du apparaitre comme une pseudo-étoile de magnitude équivalente à une étoile brillante comme Vega ou Capella, donc facilement visible dans le ciel de Nanjing en +393.

L'observation chinoise permet donc de dater très précisément l'explosion, une information essentielle pour comprendre aujourd'hui l'évolution du reste de l'explosion. En Europe, il faudra attendre plus de douze siècles plus tard et l'astronome danois Tycho Brahe en 1572 pour s'apercevoir de l'existence de ce genre d'explosions d'étoiles.

voir "Is RX J1713.7-3946 the remnant of the AD 393 guest star ?"
       Z.R. Wang, Q.Y. Qu, Y. Chen, Astronomy & Astrophysics, 1997, 318, L59


Rédaction: Jean-Marc Bonnet-Bidaud
 

Maj : 31/01/2017 (1254)

 

Retour en haut