Les lentilles gravitationnelles faibles vers la cosmologie de haute précision.
Joël BERGÉ
Service d'Astrophysique
Mercredi 12/12/2007, 10h00
Les dernières années ont vu l'émergence de l'effet de lentille gravitationnelle faible comme sonde cosmologique privilégiée pour mesurer la géométrie et la dynamique de l'Univers. Par l'empreinte qu'elles laissent dans l'image des galaxies lointaines, les lentilles faibles permettent entre autres de cartographier la distribution de matière noire, et d'imposer des contraintes sur la paramétrisation de l'énergie sombre. Cette thèse s'inscrit dans l'effort développé pour amener les lentilles gravitationnelles faibles vers la cosmologie de haute précision, vers des mesures précises au pour-cent près des paramètres du modèle cosmologique. Après avoir introduit la problématique, je décrirai les mesures, effectuées en utilisant la méthode innovante des shapelets, de l’effet de lentille faible dans les données CFHTLS/Megacam. En particulier, je montrerai les cartes de matière noire élaborées, puis je décrirai la mesure de l’amplitude des fluctuations de densité à partir du comptage des amas de galaxies. Je décrirai ensuite la mesure d’une relation d’échelle pour les amas de galaxies, effectuée en combinant les observations du CFHTLS avec celles du XMM-LSS dans la même région. Je relaterai ensuite l’analyse du cisaillement cosmologique dans les données COSMOS du télescope Hubble. Cette analyse introduit la tomographie du cisaillement pour contraindre plus précisément les paramètres cosmologiques. Enfin, je considérerai les moyens d’optimiser les relevés futurs et les mesures des observables fournies par l’effet de lentille, afin d’atteindre la précision de 1% dans la mesure des paramètres cosmologiques, en particulier dans celle de l’énergie sombre. Un apéritif clôturera la soutenance de thèse. Cette soutenance aura lieu à l’INSTN / CEA Saclay.

 

Retour en haut