20 juillet 2011
Galaxies elliptiques bien plus complexes
Etonnantes structures filamentaires révélées par la caméra Megacam

Des images extrêmement profondes et étonnantes de galaxies elliptiques révèlent des structures stellaires très étendues jusqu’à lors passées inaperçues. Dans le cadre du projet Atlas-3D, une équipe internationale menée par Pierre-Alain Duc du laboratoire AIM (CEA-Irfu, CNRS, Université Paris 7) a mis en évidence des tenus filaments de gaz et d'étoiles autour de deux galaxies elliptiques proches. Parmi eux un gigantesque arc s'étend sur plus d'un million d'années-lumière. Ces structures, révélées par la caméra grand champ Megacam installée sur le télescope Canada-France-Hawaii témoignent d'une activité insoupçonnée pour ce type de galaxies. Ces travaux sont publiés dans la revue Monthy Notices of The Royal Astronomical Society et sont l'objet d'un communiqué de presse CEA/CNRS/CFHT.

 

Des galaxies pas si inertes

Contrairement aux galaxies spirales, les galaxies elliptiques sont faites d’étoiles vieilles, d’où leur couleur rougeâtre, et possèdent peu ou pas de gaz en leur centre. Elles sont ainsi qualifiées de galaxies « mortes » et à priori, peu intéressantes. Les images de 2 galaxies elliptiques proches, obtenues par la caméra MégaCam du télescope Canada-France-Hawaii (CFH) dans le cadre du programme Atlas-3D, ont révélé une toute autre histoire. Des structures stellaires extrêmement complexes et récentes ont été découvertes autour de ces galaxies jusqu’à présent considérées comme inertes.

 

La galaxie NGC 5557 est située à 40 megaparsecs (130 millions d'années-lumière). De tenues structures découvertes par la caméra Megacam apparaissent autour du coeur de la galaxie. Elles sont composées d'étoiles. La très faible brillance des filaments explique qu'ils étaient jusqu'à ces observations passés inaperçus.

Les antennes qui s'échappent de ces galaxies elliptiques, s'apparentent à des "queues de marée". Ce sont des structures faites de gaz et d'étoiles qui se forment, lors des rencontres entre galaxies, par un mécanisme gravitationnel similaire à celui des marées océaniques. Ce sont des traces de leur évolution passée.

 

Florilège de galaxies elliptiques montrant des signes de collision récente dans l'échantillon Atlas-3D.

Cet événement, qui a façonné les galaxies elliptiques, peut être considéré comme relativement récent au regard de leur âge généralement estimé à 5 ou 10 milliards d’années. Ces filaments, dévoilés par le télescope, révèlent que les elliptiques observées ont connu une fusion galactique majeure que l'on peut dater entre 1 et 3 milliards d'années d’après les débris de collision restant. Dans la région interne de ces galaxies, aucune trace de gaz ne subsiste. Un milliard d’année a suffi pour effacer la mémoire interne de cet épisode.

 

Contact :   (CEA)

Publications :

«  The ATLAS 3D project–IX.The merger origin of a fast and a slow rotating Early-TypeGalaxy revealed with deep optical imaging: first results »
Duc P.A. et al., à paraître dans la revue Monthy Notices of The Royal Astronomical Society, 2011, pour une version electronique arXiv:1105.5654

Voir : le texte du communiqué de presse CNRS/INSU-CEA
         Le communiqué de presse du CFHT - Press release from CFHT (en anglais)

Voir également : " Cure de jouvence pour l’amas de la Vierge " , juillet 2010
                         " Le sondage de nouvelle generation de l'amas de la Vierge ", juillet 2010
                         " Anneau de gaz et collision de galaxies " , juin 2010
                         " Existe-t-il des galaxies sans étoiles ? " , novembre 2007


 

Maj : 22/07/2011 (3082)

 

Retour en haut