CEA > iRFU >   

Service d'astrophysique
Laboratoire AIM

 
L'instrument IBIS à bord d'INTEGRAL

fig 1: Le modèle mécanique et thermique de l'instrument IBIS.
(506x396 8Ko)

Cet instrument chargé de fournir des images précises du ciel dans un domaine d'énergie allant de 20 keV à 10 MeV est l'héritier direct du télescope SIGMA. Sa conception est en effet très semblable, alliant un masque codé à un ensemble détecteur à base de caméras gamma, le tout étant protégé des rayonnements parasites par des blindages actifs et passifs. L'originalité d'IBIS (Imager on Board the Integral Satellite) réside surtout dans les performances de l'ensemble détecteur (voir Figure 1) qui devrait permettre d'atteindre une sensibilité dix fois meilleure que celle de SIGMA. Pour couvrir un domaine d'énergie de près de 3 ordres de grandeur, il a fallu recourir à l'utilisation de deux caméras. La première, ISGRI (Integral Soft Gamma-Ray Imager), fonctionne à basse énergie ( 20 keV - 1 MeV). La seconde, PICsIT (PIxellated CsI Telescope), mesure les photons de plus haute énergie (150 keV - 10 MeV). Ces deux caméras sont d'un type entièrement nouveau.

 

fig 2: Simulation d'une observation du centre galactique par l'instrument IBIS
(476x482 37Ko)

Elles sont formées d'un grand nombre de détecteurs indépendants, un par élément d'image soit 128 x 128 dans le cas d' ISGRI et 64 x 64 dans le cas de PICsIT. Le SAp a la maîtrise d'oeuvre d'ISGRI , PICsIT étant sous le contrôle de l'institut TESRE de Bologne. L'ensemble de l'instrument est sous la maîtrise d'ouvre de l'IAS à Rome. Le masque codé de près d' 1 m2 est placé 3,1 m au dessus de cet ensemble détecteur, assurant au télescope IBIS une résolution angulaire de 12 minutes d'arc (limite de séparation de deux sources) et une précision dans la localisation de sources brillantes inférieure à la minute d'arc, soit des performances légèrement meilleures que celles de SIGMA. Le champ de vue sera de 20 degrés x 20 degrés à mi-sensibilité, près de quatre fois plus grand que celui de SIGMA.

La figure 2 illustre une simulation de l'observation du centre de notre galaxie par IBIS/ISGRI. Celle-ci est basée sur les observations effectuées par SIGMA. entre 1990 et 1995. La résolution spectrale n'est pas en reste puisque à basse énergie, elle est près de deux fois meilleure que celle de SIGMA.

 

 

maj : 24-01-2007 (1153)