EPISTEME

Analyser le rôle du numérique dans la construction, la diffusion et l'enseignement des connaissances en astrophysique.

Analyzing the digital technologies uses to make, spread and teach astrophysics knowledge.

 

Le but de ce programme transdisciplinaire est à la fois d’identifier les aspects les plus caractéristiques de la transformation des disciplines convoquées (astrophysique, histoire) dans leurs rapports à leurs objets sous l’effet de la formalisation numérique, et de concevoir des instruments pour les communautés scientifiques de pairs, au delà des deux disciplines de départ, qui permettent une catégorisation contributive supportant les débats et controverses, fondée sur le concept de transindividuation, et articulant des processus bottom up (issus des activités individuelles de recherche) et top down (c’est-à-dire produisant à partir des débats au sein des communautés de pairs des processus de certification plus ou moins locaux, propres à un laboratoire, à une école ou à l’ensemble d’une discipline).


Ces travaux seront conduits en vue d’articuler fonctionnellement les instruments scientifiques numériques et les instruments de publication en direction de publics divers (en premier lieu pour les jeunes chercheurs), et mis en situation sur des terrains d’expérimentation à forte exposition. Il s’agit de relier la conception des instruments scientifiques et les questions qu’ils posent en avance sur leur propre savoir aux instruments didactiques et pédagogiques. Une première tâche est dédiée à l’analyse épistémologique et à la modélisation des traces numériques.


Sur cette base conceptuelle, il s’agit tout d’abord de concevoir une nouvelle chaine de catégorisation contributive construite sur un backoffice en amont des différents outils de travail du chercheur, articulé avec les formats sémantiques et sociaux mais proposant de bâtir un nouveau format d’interprétation (format Web herméneutique). Ensuite ce backoffice et ce nouveau format de données doivent être intégrés à des outils de travail particulièrement stratégiques pour renouveler l’approche épistémologique de l’ensemble des disciplines même s’ils ne sont prototypés que dans deux disciplines spécifiques :
1) des technologies réflexives et contributives pour les chercheurs :
- un outil de prise de prise de note, d’annotation individuelle de texte, image et vidéo et enfin d’indexation assistée par technologies sémantiques,
- un outil de gestion de débats et de communautés construit sur un autre modèle que celui des réseaux sociaux actuels et destiné à la constitution de regroupements de points de vue, et à la mise en place de processus de délibération et de certification,
2) des technologies éditoriales à destination des communautés de chercheurs et posant les bases d’une nouvelle industrie éditoriale numérique et largement audiovisuelle pour trois types de chaines éditoriales : fabrication de cours en ligne contributifs, sites web contributifs et dispositifs critiques d’exposition au public.
Le projet, qui sera conduit par de jeunes chercheurs, encadrés par des chercheurs confirmés, et qui entend avoir un impact direct sur la diffusion et l’évaluation des savoirs en ligne sous forme audiovisuelle, s’attachera à concevoir de nouvelles chaines éditoriales permettant de tracer les échanges du scientifique jusqu’au public.

Financement ANR : Grands défis sociétaux 2014, Société de l'information et de la communication, Etudes numériques et technologies de l'intellect

Porteur CEA : V. Minier

 

Maj : 12/01/2016 (3643)

 

Retour en haut