18 février 2018
Lancement du projet Horizon-2020 ExoplANETS-A
Sept instituts européens s'associent pour l'étude des planètes extra-solaires.

Sous la coordination du Département d'Astrophysique du CEA-Irfu, sept laboratoires en Europe se sont associés dans le cadre du projet européen Horizon-2020 baptisé ExoplANETS-A [1], pour combiner leur expertise dans l'étude des planètes extra-solaires. La réunion de lancement du projet vient de se tenir à Bruxelles et le projet se déroulera sur les trois prochaines années. Dans le cadre de ce projet, de nouveaux outils d'étalonnage et d'extraction de données, ainsi que des outils d'analyse basés sur des modèles 3D d'atmosphères d'exoplanètes, seront développés permettant d'exploiter au mieux l'ensemble des observations futures des exoplanètes, notamment par le télescope spatial James Webb dont le lancement est prévu en 2019.

 

Le défi de l'étude des nouvelles planètes

Depuis l'annonce de la découverte de la première planète extra-solaire en 1995, les vingt années suivantes ont vu un développement exceptionnellement rapide dans ce domaine. Les exoplanètes connues, environ 4000 à ce jour, montrent déjà à quel point les planètes de notre Galaxie peuvent être diverses. Alors que la découverte croissante d'exoplanètes démontre un domaine d'activité important, le sondage et la caractérisation de leurs atmosphères viennent de commencer et se développent très rapidement. On peut apprendre beaucoup des observations spectroscopiques d'une atmosphère d'exoplanètes; la composition moléculaire des atmosphères d'exoplanètes géantes peut retracer la formation et l'évolution de la planète; l'atmosphère des exoplanètes rocheuses peut révéler des gaz trahissant l'existence de vie. Cependant, les observations sont difficiles parce que le signal est souvent noyé dans le bruit systématique des instruments et des télescopes.

 

Vue d’artiste de la diversité des systèmes exoplanétaires (Crédits: ESA/ C. Carreau).

Pour faire face aux défis posés par l'observation des exoplanètes, sept laboratoires en Europe ont décidé d'unir leurs efforts et d'associer leur expertise dans ce domaine. Le projet européen Horizon-2020 ExoplANETS-A, sous la coordination du CEA Saclay, a ainsi pour but de développer de nouveaux outils pour exploiter au mieux les données existantes des archives de l'Agence spatiale européenne (ESA) (pour les observations du télescope spatial Hubble) combinées avec les archives de l'Agence spatiale étasunienne (NASA) (pour les télescopes spatiaux Spitzer et Kepler) et de produire une caractérisation homogène et fiable des atmosphères d'exoplanètes. De plus, pour modéliser avec succès l'atmosphère d'une exoplanète, il est nécessaire d'avoir une bonne connaissance de l'étoile hôte. À cette fin, le projet collectera une base de données cohérente et uniforme des propriétés pertinentes des étoiles hôtes provenant des archives spatiales de l'ESA (pour les observatoires spatiaux XMM-Newton et Gaia), combinées avec des missions spatiales internationales et des données au sol.

 

La planète K2-33 b, représentée sur cette vue d'artiste, est l'une des plus jeunes exoplanètes détectées à ce jour. Crédits NASA/JPL-Caltech

Ces catalogues d'exoplanètes et d'étoiles-hôtes seront accompagnés de modèles numériques pour évaluer l'importance des interactions étoile-planète, par exemple les effets de la «météorologie spatiale» de l'étoile sur son système planétaire. Les connaissances acquises dans le cadre de ce projet seront publiées dans des revues scientifiques évaluées par des pairs et des outils de modélisation seront rendus publics. Les résultats seront également largement diffusés via des conférences scientifiques internationales et des articles dans les médias scientifiques généraux.
Outre la fourniture de produits de données de haut niveau, d'outils, de modèles et de publications scientifiques de pointe, le projet permettra d'exploiter rapidement les données du télescope spatial James Webb - successeur de Hubble, qui sera très productif et il sera également une excellente préparation aux missions spatiales dédiées à l'étude des atmosphères d'exoplanètes, telles que la future mission ARIEL proposée par l'ESA.

 

Contact : Pierre-Olivier LAGAGE

[1] ExoplANETS-A - Collaboration : Département d'Astrophysique (DAp) du CEA-Saclay (France), INTA (Institut national de technique aérospatiale) en Espagne, MPIA (Institut Max Planck pour l'Astronomie) en Allemagne, l'Université College de Londres, Université de Leicester au Royaume-Uni, SRON (Institut néerlandais de recherche spatiale) aux Pays-Bas et Université de Vienne en Autriche. Ce projet a été financé par le programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 de l'Union européenne en vertu de la convention de subvention n ° 776403.


Rédaction: J.M. Bonnet-Bidaud

 

Maj : 13/03/2018 (4282)

 

Retour en haut