Les astronomes européens vont utiliser la mission Kepler de la NASA pour l’étude des oscillations stellaires  
imgLe 7 mars 2009, à 03h50, temps universel, la NASA va lancer le satellite KEPLER en orbite autour du Soleil, du centre Kennedy en Floride. Le but de cette mission est ambitieux et excitant puisqu’il va rechercher des planètes de type terre autour de 170 000 étoiles qu’il observera simultanément et en continu pendant une période d’environ 3.5 ans. La mission KEPLER ne cherchera pas seulement des planètes mais étudiera aussi les étoiles hôtes. Leur changement d’éclat sera utilisé pour étudier leur intérieur par des méthodes sismologiques éprouvées avec SoHO et COROT. L’équipe de KEPLER, incluant des membres du Service d’Astrophysique de Saclay, utilisera ces techniques développées en sismologie pour le Soleil et d’autres étoiles pour sonder le cœur d’un grand nombre d’étoiles. Ceci permettra de définir le rayon, la composition et la rotation de ces étoiles, mais aussi leur âge, ce qui devrait permettre de mieux comprendre les systèmes étoile - planètes. Le nombre d’étoiles observées va permettre de faire un bon en avant dans notre compréhension de l’évolution stellaire dynamique. Pendant les premiers 9 mois, KEPLER observera les oscillations de 5000 étoiles. Les 1100 d’entre elles les plus prometteuses seront observées pendant toute la mission. Au CEA notre étude portera principalement sur les étoiles de type solaire et les étoiles d’amas jeunes. Ceci nous permettra de mieux étudier l’évolution d’étoiles plus jeunes que le Soleil dans des conditions où un certain nombre de paramètres sont fixés (tels que l’âge commun ou la composition). Ceci n’a pas encore été réalisé jusqu’alors et complètera les progrès obtenus avec le satellite du CNES COROT lancé en décembre 2006 auquel nous participons. Un consortium appelé KASC (KEPLER Asteroseismic Science Consortium) a été formé afin d’analyser la grande quantité de données que KEPLER fournira, il regroupe 200 chercheurs de 50 instituts. Pour plus d’information : Le site KEPLER de la NASA
Contacts : S. Turck-Chieze, R. Garcia

http://astro.phys.au.dk/KASC/

C. Gouiffes, dépêche du 06/03/2009

 

Retour en haut