La (regrettable) complexité des systèmes économiques: le point de vue des physiciens
 
(Capital Fund Management)
Jeudi 17/12/2009, 11:00
Bat 123, p 311, CEA Paris-Saclay

 

 

La crise actuelle met la théorie économique classique sous pression extrême. En théorie, un marché complètement dérégulé devrait atteindre un équilibre « efficient », qui permet une allocation optimale des ressources, et dont les prix reflètent parfaitement, de manière non biaisée, toute l'information disponible. De tels marchés devraient être stables : les crises ne peuvent apparaître qu'à l'occasion de chocs exogènes, mais jamais à cause de leur dynamique interne. On mesure depuis quelques mois l'ineptie d'un tel cadre théorique, qui pourtant, depuis sa formalisation mathématique des années 50 et 60 a revendiqué le statut de théorie scientifique. Nous ferons le point sur quinze ans d'« Econophysique », en insistant sur les données empiriques qui permettent de réfuter un certains nombre de dogmes sur lesquels reposent la pensée économique classique, et qui suggèrent fortement que les fluctuations des marchés sont principalement dues à la dynamique endogène d'un système complexe. Nous discuterons quelques modèles inspirés de la physique statistique, qui permettent d'éclairer utilement certains phénomènes observés sur les marchés financiers. Nous montrerons aussi comment la modélisation même des marchés financiers peut contribuer, en l'absence de régulation et de contrôle, à leur instabilité.

 

 

 

http://www-centre-saclay.cea.fr/fr/Media/

Multimedia/

La-regrettable-complexite-des-systemes-economiques-un-point-de-vue-de-physicien

-par-Jean-Philippe-BOUCHAUD-detache-de-l-IRAMIS-SPEC

-dans-Capital-Fund-Management-.-Colloque-de-l-Orme-du-2-avril-2009

Contact : Fabrice COUDERC

 

Retour en haut