Recherche de la violation de saveur dans le secteur des leptons chargés avec l’expérience COMET à JParc
 
Laboratoire de Physique de Clermont-Ferrand
Fri, Feb. 05th 2021, 11:00
Bat 703, p 45, CEA Saclay, Orme des Merisiers
Le Modèle Standard  fut confirmé  brillamment par la découverte du Higgs et la dernière décennie nous donna accès à  la matrice de mélange des neutrinos. Mais la physique sous-jacente à  la violation de la saveur reste inconnue. La mise en évidence de la violation de saveur dans le secteur des leptons chargés (cLFV) l’éclaircirait  de manière non ambiguë puisqu’elle est supprimée dans le Modèle Standard en dessous de toute possibilité de détection. 
Les muons sont à l’origine de très nombreuses observables avec un fort potentiel de découverte pour la cLFV, qu’il s’agisse  de désintégrations rares ou des transitions. La disponibilité de nos jours des faisceaux de muons ultra-intenses augmente encore leur attractivité pour la recherche de nouvelle physique. Parmi eux, la conversion μ−e non accompagnée par des neutrinos est une des plus propres de point de vue expérimental, ce qui a déjà permis de mettre une limite  sur le taux de conversion  à 7×10−13 (SINDRUM-II, 2006).  Malgré cette limite assez imposante, nous allons voir comment l’expérience COMET à JParc espère mettre en évidence la nouvelle physique si son échelle n’est pas au delà de 105 TeV. Ou, le cas échéant, de diminuer de quatre ordres de grandeur la limite expérimentale existante. Nous allons nous attarder sur les contraintes imposées par une mesure de précision à basse énergie auprès du faisceau de muons le plus intense au monde et discuter en détail la participation française à l’expérience.


Contact : Loïc THULLIEZ

 

Retour en haut