PDF
Formation stellaire : l’origine de l’IMF
Star-formation, about the origin of the initial mass function of stars (IMF)

Spécialité

Astrophysique

Niveau d'étude

Bac+4/5

Formation

Master 2

Unité d'accueil

Candidature avant le

01/06/2021

Durée

4 mois

Poursuite possible en thèse

non

Contact

Louvet Fabien
+33 1 69 08 58 47

Résumé/Summary
Un des paramètres clé de l'astrophysique moderne est la distribution en masse des étoiles à leur naissance, l'IMF. On la pensait universelle depuis les premières observations en 1955, mais nos récentes études remettent en question ce pilier de l'astrophysique.
260 / 5000
Résultats de traduction
One of the key parameters of modern astrophysics is the mass distribution of stars at their birth, the IMF. It was thought to be universal since the first observations in 1955, but our recent studies question this pillar of astrophysics.
Sujet détaillé/Full description
Un des paramètres clés de l'astrophysique moderne est l’IMF (initial mass function), c’est à dire la distribution en masse des étoiles à leur naissance. L’IMF est fondamentale pour expliquer le faible taux de formation stellaire de notre galaxie, mais aussi pour prédire l’évolution des galaxies sur des temps cosmologiques. Jusqu’à présent, toutes les mesures ont montré que l’IMF est universelle avec un pic à ~0.3 Msol et une pente telle que dN/dlog(M) ? Mß avec ß=-1.35. En parallèle les études des nuages moléculaires où se forment des étoiles de type solaire ont montré que la distribution en masse des coeurs (CMF), dans lesquels se forment les étoiles, avait une forme similaire à l’IMF, laissant supposer un lien direct entre CMF et IMF. En 2018 nous avons mesuré pour la première fois une CMF dont la pente diverge de celle de l’IMF avec ß=-0.9, remettant en cause ou l'universalité de l’IMF ou le lien entre CMF et IMF. Notre résultat, obtenu dans un nuage moléculaire dense formant des étoiles massives, a motivé de nombreuses observations vers ce type de nuages qui ont corroborées notre étude. Ici, nous proposons de relier les études faites dans les régions formant des étoiles de type solaire (avec ß=-1.35) aux régions formant des étoiles massives (avec ß=-0.9). Nous avons pour cela obtenu du temps d’observation avec le radio interféromètre NOEMA qui observera trois régions de formation d’étoiles de masse intermédiaire cet hiver. Le candidat aura la charge d’étudier ces trois régions, d’utiliser les outils d’extraction de source, d’analyser les distributions en masse obtenues et de participer aux débats sur l’universalité de l’IMF et sur le lien entre CMF et IMF.
Compétences/Skills
Observations, analyse de données
Observations and data analysis
Logiciels
getsf, pyhton

 

Retour en haut