And the winner is …  

img

… le deuxième catalogue de sources Fermi-LAT, baptisé 2FGL. Cette publication a suscité le plus grand nombre de citations (plus de 200) parmi tous les articles astronomiques professionnels publiés dans la presse scientifique en 2012 !

 

Ensemble, les trois catalogues successifs 0FGL (2009), 1FGL (2010) et 2FGL qui recensent les sources gamma du ciel découvertes par le télescope spatial Fermi depuis son lancement en 2008 ont été cités presque 1000 fois (source ADS). C’est une belle récompense pour les chercheurs français de la collaboration Fermi-LAT qui ont coordonné la création de ces catalogues.

Le dernier catalogue  (2FGL) recense 1873 sources émettant des rayons gamma de haute énergie, entre 100 MeV et 100 GeV précisément. Il comprend un grand nombre de trous noirs supermassifs, enfouis au cœur de lointaines galaxies et projetant de puissants jets de matière dans la direction de la Terre (blazars) ou une autre direction (radiogalaxies). On y trouve également des étoiles à neutrons en rotation rapide dont les pinceaux de lumière balayent la Terre à chaque tour (pulsars). Le catalogue recense aussi plusieurs vestiges de supernovae, des galaxies à flambée de formation d’étoiles, des amas globulaires, des étoiles binaires et un grand nombre d’objets dont la nature demeure inconnue. Le point commun de toutes ces sources est leur capacité à accélérer des particules à des énergies considérables, dépassant souvent celles atteintes dans les accélérateurs terrestres. Le catalogue 2FGL révèle que ces accélérateurs sont omniprésents dans l’Univers, et que les particules qu’ils propulsent façonnent le milieu qui les entoure.

 

img

Carte de la voûte céleste en rayons gamma projetée en coordonnées galactiques. L'image, en fausses couleurs, comprend 4 ans d'observations dans la gamme de 1 à 100 GeV. L'intensité de l'émission gamma augmente du bleu nuit au rouge et blanc. L’interaction de particules énergétiques avec le milieu interstellaire produit la forte émission diffuse répartie le long du plan galactique. Extraire soigneusement les sources de ce voile a été au cœur de la production du catalogue Fermi.

 

Le satellite Fermi de la NASA a été lancé en 2008 et continue à sonder le ciel. Un nouveau catalogue plus profond est déjà en préparation.

L’équipe de Jean Ballet, Jean-Marc Casandjian et Isabelle Grenier du Service d’Astrophysique/laboratoire AIM du CEA Saclay-Irfu, avec le support technique de David Landriu, a mis en place la chaîne d’analyse qui a permis de détecter les sources et de caractériser leurs propriétés à partir des 2 premières années d’observations. Ces travaux ont bénéficié de l’expertise de Philippe Bruel et Stephen Fegan au LLR (Polytechnique) sur l’instrument et les logiciels. L’équipe de Jürgen Knödlseder à l’IRAP (Toulouse) a recherché des associations avec des sources à d’autres longueurs d’onde pour identifier leur nature et déceler de nouvelles catégories d’émetteurs gamma. L’équipe de Benoît Lott et David Smith au CENBG (Bordeaux) a coordonné les études associées sur les blazars et les pulsars.

Ces équipes et leurs activités sont soutenues financièrement par leurs instituts (CEA/Irfu, Université Paris-Diderot, CNRS/INSU, CNRS/IN2P3) et par le CNES.

 

Publication : « Fermi Large Area Telescope Second Source Catalog », Nolan et al 2012, ApJS 199, 31
Accès à la publication : http://arxiv.org/

 

Voir également : « Bestiaire gamma, parution du premier catalogue des sources Fermi » Juin 2010

Contacts :

Jean Ballet, CEA/IRFU

Jürgen Knödlseder, CNRS/INSU/UPS

Benoît Lott, CNRS/IN2P3

C. Gouiffes, dépêche du 10/01/2013

 

Retour en haut