le titre du P2IO
le titre du P2IO
Tests et extensions du modèle standard au SPP

Atlas, calorimètre électromagnétique : la première moitié du calorimètre central insérée dans son cryostat, les 55000 câbles signaux connectés aux traversées étanches froid/température ambiante, réparties sur la périphérie.
Ce programme comprend les expériences auprès des accélérateurs qui fournissent les énergies de faisceaux les plus élevées dans le monde. Au Cern à Genève, le LEP, le grand collisionneur électron-positon qui a fonctionné de 1989 à 2000, a permis une exploration détaillée du modèle standard, avec des résultats très visibles, comme la mesure du nombre de types de neutrinos -3-, ou la mesure indirecte de la masse du 6e quark, le top, et une vaste gamme de mesures de précision. La dernière phase de fonctionnement a fixé des limites importantes sur les possibilités de physique au-delà du modéle standard.  

Cms : le retour de champ magnétique du solénoïde, en cours d’assemblage à la surface.
Deux groupes du SPP ont participé à deux des grandes expériences : Aleph et Delphi. Le LHC est le futur collisionneur de protons du Cern, dont la mise en service est prévue pour 2007. Dès 1984, la possibilité d’installer un accélérateur de très haute énergie (14 TeV) à la suite du LEP, dans le même tunnel, est apparue comme un extraordinaire potentiel pour la physique de l’élémentaire. Les études montrent que LHC est à même d’attaquer directement les grandes questions du modèle standard et de ses éventuels prolongements. Cet accélérateur et les expériences qui y seront installées constituent de très grands projets qui rassemblent la communauté mondiale. Le Dapnia y a une forte contribution, sur la machine et sur les expériences de physique. Les physiciens du SPP s’y sont engagés dès la naissance du projet, et ont eu un rôle essentiel dans la gestation des deux grandes expériences généralistes : Atlas et CMS. Les deux groupes ont atteint une taille importante au sein du SPP. 

Atlas: représentation graphique d’un événement simulé, par le programme de visualisation PERSINT. Le programme permet d’enlever ou ajouter des parties de détecteur pour mieux voir, d’orienter les vues, etc.
A Fermilab (Chicago, États-Unis), le « Tevatron » réalise depuis 1983 des collisions proton-antiproton à 2 TeV. Un groupe du SPP est membre de la collaboration DØ. Les sujets d’études sont principalement des mesures plus précises du Modèle Standard (quark top et boson W), et une possibilité de découverte de nouvelle physique. C’est aussi un bon terrain d’entraînement pour l’analyse des données de LHC. A Desy (Hambourg, Allemagne), l’accélérateur Hera réalise depuis 1992 des collisions proton-électron. L’électron, ponctuel, est ici utilisé pour sonder la structure du proton. Cette configuration permet aussi de rechercher des signes d’une physique hors modèle standard. Un petit groupe du SPP est membre de H1. 

maj : 10-02-2005 (271)

 

Retour en haut