Dynamique de mémoire de chemin: des propriétés « quantique » d'un objet classique
 
ESPCI / LPS
Lundi 13/09/2010, 11:00
Bat 141, salle André Berthelot Masque obligatoire , CEA Paris-Saclay

 

 Une gouttelette qui rebondit sur la surface d'un liquide vibrant verticalement peut se coupler aux ondes de surface qu'elle génère. Elle devient alors auto-propulsée et forme avec son onde un objet symbiotique. Comment une gouttelette localisée et une onde étendue peuvent ils avoir une dynamique commune? Plusieurs expériences distinctes montrent qu'une forme de principe d'incertitude affecte cet objet. Dans tous les cas où l'onde est perturbée (diffraction, interférence, effet tunnel) la trajectoire de la goutte parait aléatoire lors d'une expérience unique mais se révèle déterministe dans la statistique de réalisations répétées.

Ce système où une particule (la goutte) est guidée par une onde se distingue des modèles théoriques d'ondes pilotes par le fait que tous les points récemment visités par le marcheur restent des sources d'ondes. La structure du champ d'onde forme donc une "mémoire" du chemin antérieur parcouru. Des expériences récentes montrent que dans les cas où la goutte a une trajectoire circulaire cet effet entraine une quantification des orbites possibles. On discutera en quoi cet effet peut être considéré comme un analogue classique des orbites de Landau.  

 

 

Contact : Fabrice COUDERC

 

Retour en haut