SCHEMa (Station Cryogénique Horizontale d'Essais Magnétiques)
SCHEMa (Station Cryogénique Horizontale d'Essais Magnétiques)

Le cryostat horizontal fermé en version 4 mètres

Contexte :

Essais d’aimants supraconducteurs à basse température jusqu’à 1,8 Kelvin et 20 000 ampères.
En standard, la station dispose d’un cryostat horizontal qui permet l’essai de masses froides allant jusqu’à 0,6 m en diamètre et 8 m en longueur.
Mais il est également possible de tester des aimants équipés de leur cryostat moyennant une adaptation.
 

 
SCHEMa (Station Cryogénique Horizontale d'Essais Magnétiques)

Vue Arrière du cryostat horizontal ouvert avec une expérience de mesure des lignes de puissance du LHC.

Moyens techniques :
Réfrigérateur 25 W à 1,8 K (450 W à 4,2 K)

Alimentation 20 000 A sous 5 Volts

Système et résistance de protection adaptables avec des disjoncteurs rapides.

160 Voies de mesure rapides cadencées à 20 000 points par seconde pour les diagnostics.

La gestion de la cryogénie est entièrement automatisée et le pilotage de l'alimentation est informatisé.
 

 
SCHEMa (Station Cryogénique Horizontale d'Essais Magnétiques)

Essais du Quadripôle SSS5 pour le LHC

Cette station a permis les qualifications suivantes :

Le Dipôle TAP pour le CERN (exemple d’aimant cryostaté),
Les prototypes de quadripôles du LHC dont récemment SSS5 (le dernier prototype).
La Race Track (une bobine prototype du toroïde ATLAS à l’echelle 1/20).
Le dimensionnement puis les procédés de réalisation des bus supraconducteurs du LHC.

 

 
SCHEMa (Station Cryogénique Horizontale d'Essais Magnétiques)

vue du cryostat en version allongée à 8 mètres

Notre Métier : Essayer un aimant supraconducteur implique :

– La mise en place de l’aimant dans le cryostat, l’adaptation et le raccordement des fluides, énergies et diagnostics,
– L’ajustement et le réglage des chaînes de mesure et de sécurité,
– Le conditionnement du liquéfacteur et de l’alimentation électrique haute intensité,
– La vérification à chaud puis à froid de la qualité et de l’isolation des mesures et diagnostics,
– La mise en froid de l’aimant,
– Les tests de fonctionnement partiel avant la montée au courant nominal, 
– La vérification du comportement en "quench" (3)
-La montée progressive du courant et la recherche du courant maximum d'utilisation.
 
 

Maj : 15/06/2017 (634)

 

Retour en haut